T A L K . P L A Y . L O V E

AnyVersion 0.5
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Who are you, my Dear?! | Pv Kuroo 8D.

Aller en bas 
AuteurMessage
Emiko Hiroshi
NoRights
avatar

Féminin Nombre de messages : 44
Age : 31
Groupe : NORIGHTS.
Nom de Code : Lee.
Orientation sexuelle : Hétéro.
Date d'inscription : 19/08/2008

ANYME
ANYSPECIALITY: ...
ANYFEELING:
ANYTOPIC: OPEN

MessageSujet: Who are you, my Dear?! | Pv Kuroo 8D.   Dim 26 Oct - 13:18

Assise à son bureau, Lee s’ennuyait ferme. Ca faisait une heure qu’elle était là, à ne rien faire. L’enquête sur laquelle on l’avait mise était résolue, et une nouvelle investigation se faisait longuement attendre. Pour la énième fois, elle fit un tour complet sur sa chaise à roulettes, et croisa les jambes, observant ses collègues travailler avec acharnement. Elle attrapa un stylo et joua nerveusement avec. Soudain, quelqu’un s’approcha de son bureau. Aussitôt, elle se redressa et écouta poliment son supérieur hiérarchique.

    « Une affaire pour toi, Lee. Tu découvriras les détails là-dedans. »
On lui tendit un dossier qu’elle s’empressa d’ouvrir. Il était dit :

    « L’homme – dont la photo est jointe – devient menaçant pour la société. Vous devez recueillir le maximum d’informations sur lui, et également ses éventuels plans d’actions. D’après nos renseignements, il devrait se rendre au parc de Séoul, demain dans l’après-midi. Agissez rapidement, dans la plus grande confidentialité. Un rapport devra être remis suite à votre enquête. »
Lee termina de lire, et sortit ladite photo de son enveloppe. Lorsqu’elle vit enfin le visage de l’homme en question, elle ouvrit de grands yeux.

* Je ne m’étais pas trompée. Aito, tu es bien un Anyband. Le hasard fait bien les choses. *

Un sourire malicieux s’étendit sur ses lèvres. Presque sadique. Après avoir conservé ses nouveaux papiers d’identité, elle rangea le dossier dans un tiroir prévu à cet effet, et se leva, ravie de quitter enfin ce fauteuil, ce bureau. Un peu d’action ne lui faisait pas de mal. Au moins, elle n’allait pas s’ennuyer.

Le lendemain, Emiko se réveilla relativement tôt. Ce jour-là, elle s’appelait Choi Kyung-Oh. Elle était une jeune fille extrêmement souriante, d’une vingtaine d’année, timide, naïve et insouciante, mais très bavarde. L’agent Lee utilisa le masque dont on lui avait fait part pour modifier sa morphologie. Son visage n’était donc plus reconnaissable. Elle avait déjà revêtit des tas d’identités différentes, porté des tas de visages, mais celui-ci était plutôt joli, à son goût. Il collait parfaitement au caractère de son personnage
.
Après avoir fignolé son maquillage, Lee enfila les vêtements qu’on lui avait déposé le matin-même. C’était assez simple : un slim bleu clair, surmonté d’un haut noir recouvert d’une veste en jean sombre qui laissait voir un imposant décolleté, dans lequel retombait un collier de perles nacrées. Enfin, des chaussures ouvertes à talon aiguille et un petit sac en daim complétaient cette tenue sobre. Bien entendu, la jeune femme n’avait pas oublié de ranger soigneusement ses faux papiers à l’intérieur.

15h05.

Elle arriva au parc. Comme prévu, elle n’eut pas à attendre très longtemps : l’homme en question entra rapidement dans son champ de vision. Il alla s’asseoir sur un banc, et contempla le paysage. Ca faisait bizarre de le revoir, alors que la dernière fois, ils avaient couché ensemble. Les choses étaient bien différentes. Après tout, c’était un Anyband, et elle, une Noright.

Lee se dirigea alors vers ‘Aito’ de sa nouvelle démarche joyeuse, qui correspondait à son personnage. Elle s’arrêta à mi-chemin, et fouilla dans son sac pour en retirer une cigarette. Puis, elle regarda autour d’elle, pour finalement s’approcher timidement du brun qui n’avait pas bougé d’un pouce. Arrivé à un mètre de son banc, elle se pencha en avant, laissant une vue ouverte sur son magnifique décolleté. Les sourcils soucieusement relevé et la bouche déviée en une grimace gênée, elle demanda d’une voix hésitante :

    « E..xcusez-moi, ..Vous auriez du feu.. ? »
Elle était complètement entrée dans son rôle, et le jouait si bien, que Kurosaki n’aurait pas pu deviner Emiko derrière ces faux-airs. Du moins pas au premier abord..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosaki Kusano

avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 33
Groupe : Anyband;
Nom de Code : Heresy;
Orientation sexuelle : Bisexuel;
Date d'inscription : 11/07/2008

ANYME
ANYSPECIALITY: `Récupère des informations auprès des NoRights.
ANYFEELING:
ANYTOPIC: OPEN

MessageSujet: Re: Who are you, my Dear?! | Pv Kuroo 8D.   Dim 26 Oct - 14:23

Cet appartement où le désordre régnait…à qui était-il donc ? En le voyant ainsi, on ne pouvait douter, il appartenait à un homme. Cet homme c’était Kurosaki. Tout traînait par terre, on pouvait à peine placer un pied devant l’autre. Vêtements, boxers, nourritures, cartons vides, saleté, tout y était au rendez-vous. Même le chien avait du mal à circuler dans cette pagaille. Oui il avait un chien. Une belle progéniture à robe beige surmontée d’un regard enfantin noisette. Il était jeune, très jeune. Pourquoi l’avait-il acheté ? Simplement parce que voir cette pauvre bête derrière une vitre lui avait rappelé un jeune enfant caché dans un placard de cuisine…
Le réveil sonna, il était 11h30. La lumière qui essayait tant bien que mal de percer à travers les volets, avertissait du temps matinal et agréable qui ornait cette journée. La pauvre bête nommé Ritsuka, était prise de gargouillements car son très cher maître ne daignait pas se lever un dimanche matin. Ritsu s’avança vers le lit d’où la main de Kuro dépassait de la couette et s’empressa de la lécher. Sentant les léchouilles de son compagnon, le beau japonais marmona un ‘J’arrive Suka’. Quelques minutes après, il était assis au bord du lit la tête dans les mains. Le chien quant à lui avait posé ses pattes sur les genoux de l’homme et le regardait avec des yeux doux. Aki lui caressa la tête calmement et se leva pour aller chercher les croquettes prévues pour ce dernier. Une fois son animal servi, il ouvrit les fenêtres et s’habilla rapidement. Il s’était revêtis d’un pantalon beige, d’un haut beige et bleu ainsi que d’une écharpe bleu/grise. Il était très élégant comme cela. De tout façon il l’était toujours, il disposait d’une classe naturelle sans égale. Il s’affala sur le canapé, poussant les quelques objets qui le gênait, et déjeuna. Il regardait les informations. Rien de bien surprenant comme d’habitude. Une fois son plat fini, Ritsu vint rejoindre son maître et s’allongea sur ses cuisses. Il attendait avec impatience la balade habituelle de l’après-midi.
Le téléphone sonna vers 14h30, alors que nos deux gens dormaient. La main de Kuro chercha l’engin avant d’enfin répondre.


« J’écoute »

Oui il ne fallait mieux pas dire ‘Kusano’, ‘Kurosaki’ ou ‘Aito’ tant que l’on ne savait pas qui se tenait au bout du fil. Une voix grave répondit, une voix familière pour le jeune asiatique.

« Kusano, c’est Takana. L’embuscade a échoué, trois Anybands sont morts dont Ayumu et Mashiro. Tu n’es plus en sécurite, c’est toi qu’ils voulaient. »

Kurosaki qui écoutait soigneusement les paroles de son supérieur tout en caressant la tête de son chien, s’empressa de répondre. Il était quelques peu bousculé de savoir ses collègues décédés, mais comme il n’y avait pas de place pour l’amour dans son cœur, il s’en remit rapidement après quelques secondes.


« - Je ne me cacherai pas, si on me veut qu’on vienne. Je me contrefiche de ma vie, elle n’est destinée qu’à sauver Malia, rien d’autre.

-Tâche au moins de te camoufler pour sortir. »


Kusano regarda son dressing, celui qui contenait toutes les tenues de ses anciens exploits et raccrocha au nez de l’homme. Le patron avait l’habitude de voir une conversation se terminer comme ça avec le jeune garçon, il ne disait rien car il savait que froisser Kuro engendrait des dégâts.
Vers 14h50, il sortit de chez lui, tenant son camarade en laisse. Ils marchèrent jusqu’au parc où Aki s’assit sur un banc avant de décrocher soigneusement la laisse du collier. Le chien s’évada rapidement et se dirigea vers l’eau où il trempa sa patte avant de la retirer dans un mouvement brusque. Il découvrait la nature sous les yeux attendris de son maître.
Le parc était magnifique malgré la sensation qui y régnait. Il y avait un nombre incalculable de cerisiers japonais dont les pétales tombaient et laissaient une allée colorée magnifique.
Une voix se fit soudain entendre à l’oreille de notre AnyBand. Une jeune femme était penchée vers lui, laissant apparaître un magnifique décolleté sous les yeux de notre cher garçon. Il plongea ses yeux dedans puisque ce fut la première chose qu’il vit du corps adverse, avant de remonter vers le visage de la jeune femme. Elle était très belle, pas autant que la dernière femme avec qui il avait couché mais elle était très agréable au regard. Elle lui demandait du feu. Il dégaina son briquet et alluma sa cigarette avant d’en allumer une pour lui. En faisant ce geste il se rappela d’Emi lui ayant allumé la sienne, il y a de cela quelques jours. Ce contact brûlant dans ce dîner aux chandelles, cette sensation, ce sentiment lui revenait encore…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seika-aito.skyrock.com/
Emiko Hiroshi
NoRights
avatar

Féminin Nombre de messages : 44
Age : 31
Groupe : NORIGHTS.
Nom de Code : Lee.
Orientation sexuelle : Hétéro.
Date d'inscription : 19/08/2008

ANYME
ANYSPECIALITY: ...
ANYFEELING:
ANYTOPIC: OPEN

MessageSujet: Re: Who are you, my Dear?! | Pv Kuroo 8D.   Dim 26 Oct - 15:13

‘Aito’ plongea d’abord son regard dans le décolleté de la jolie brune, qui en rit intérieurement. Puis, sans un mot, l’homme sortit son briquet et alluma lui-même la cigarette que Kyung-Oh tenait. Avant de porter l’objet à sa bouche, celle-ci murmura un petit « Merci.. » à l’attention de Kurosaki. Le nippon avait profité de la situation pour sortir également une cigarette. Choi recula d’un pas en se redressant, un immense sourire collé aux traits. Elle jeta un regard alentours et remarqua le jeune labrador qui gambadait joyeusement près du lac. Celui-ci appartenait sans aucun doute à Aito, d’après la laisse qu’il avait déposé sur le banc, à côté de lui. Kyung-Oh regarda de nouveau le jeune asiatique qui observait son chien courir à travers le parc. Elle engagea naturellement la conversation en usant du tempérament bavard de son personnage, après avoir pris une bouffée de fumée.

    « Il.. il est à vous ? – elle désigna le labrador, d’un petit signe de tête. En tout cas.., il est très mignon ! C’est rare de voir des animaux par ici. Les gens passent rapidement.. C’est à croire qu’on risque de se faire tuer en s’installant sur un banc pour contempler le paysage ! Quel gâchis.. Ce parc est pourtant joli. Je suis contente de voir qu’il reste des êtres humains, dans ce monde de fous ! »
Elle s’interrompit brusquement, et son sourire disparut, remplacé par une expression effrayée.

    « À moins que vous ne soyez un espion se faisant passer pour un civil, qui est chargé d’éliminer rapidement les gens comme moi ! Je vous jure que je n’ai rien fait, Monsieur ! »
Elle s’arrêta de parler, et leva des yeux confus au ciel. On aurait dit qu’elle réfléchissait, qu’elle pesait le pour et le contre. Qu’elle se parlait à elle même pour savoir si elle risquait quelque chose ou pas. Aucune faille ne perturbait son jeu. Elle n’était plus Emiko Hiroshi, l’espionne redoutable surnommée Lee. Elle était devenue Choi Kyung-Oh à part entière. Et du point de vue de Kusano, c’était une jeune fille complètement stupide.
Cette dernière, après quelques secondes de réflexion, posa de nouveau ses yeux sur le brun qui la dévisageait. Ses joues rosirent légèrement, et un sourire entre confusion et amusement apparut sur ses lèvres. Ses sourcils se relevèrent, lui donnant un air désolé. N’importe qui, à la place de Kurosaki, aurait explosé de rire devant ce tableau.
    « Je suis bête.. Vous n’allez sans doute rien me faire, n’est-ce pas ? Je vous demande pardon.. Puis-je m’asseoir ici ? »
Elle parlait, enchaînant ses mots à une vitesse impressionnante. Elle ne laissait pas une seule seconde de répit à son interlocuteur, et semblait même formuler les réponse de celui-ci à sa place, puisqu’elle se laissa délicatement tomber sur le banc avant qu’il n’ait riposté. Elle continuait de parler, mettant des phrases parfois dénudées de sens bout à bout. De temps en temps, elle s’arrêtait entre deux syllabes sans qu’on sache pourquoi. Elle levait alors les yeux vers le ciel, comme décrit précédemment. Mais quand elle reprenait, elle reprenait vraiment.
Plusieurs minutes s’écoulèrent, sans que Kurosaki ne réagisse. Peut-être la jugeait-il trop stupide pour ça ? Mais, au bout d’un certain temps – sans doute parce qu’elle avait besoin de reprendre son souffle –, elle dit :
    « Au fait, je ne me suis pas présentée ! Choi Kyung-Oh. Ravie de pouvoir discuter avec vous, ..? »
Elle s’arrêta lorsqu’elle s’aperçut qu’il n’avait pas prononcé un seul mot à son attention. Lorsqu’elle s’aperçut qu’elle ne connaissait même pas son nom. Et, pour une fois, elle lui laissa du temps pour répondre..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurosaki Kusano

avatar

Masculin Nombre de messages : 68
Age : 33
Groupe : Anyband;
Nom de Code : Heresy;
Orientation sexuelle : Bisexuel;
Date d'inscription : 11/07/2008

ANYME
ANYSPECIALITY: `Récupère des informations auprès des NoRights.
ANYFEELING:
ANYTOPIC: OPEN

MessageSujet: Re: Who are you, my Dear?! | Pv Kuroo 8D.   Dim 26 Oct - 16:12

Il n’avait rien dit tout simplement parce qu’il n’avait pas envie de faire la conversation aujourd’hui. Hormis avec une personne, son chien. Il la laissait parler dans le vent, après tout n’était-elle pas en train de s’attirer son regard sur elle ? Il la trouvait charmante mais c’est vrai qu’il y avait une énorme part de stupidité sur son visage et dans ses propos. Elle pouvait bien continuer à déblatérer et à parler tout seule, ça ne le dérangeait pas, une fois Ritsu essoufflé il partirait. Il contemplait sa bête avec des yeux doux, la jeune femme semblait également le faire mais pas de la même façon. Elle continuait à raconter sa vie, du moins c’est ce qu’il croyait puisqu’il n’entendait que partiellement ce qu’elle disait. Seuls quelques mots arrivaient à son oreille. Ristuka revint enfin se nicher entre les jambes de son maître pendant que ce dernier souffla un peu de fumée. Cette femme était étrange, elle ne s’arrêtait pas de parler et répondait d’elle-même à ses propres interrogations. Elle passait aussi d’un sujet à l’autre, c’était incroyablement fatiguant.
Quelques minutes après le retour du chien, elle se présenta enfin, laissant Kurosaki s’exprimer pleinement. Il répondit froidement mais après avoir fini, un sourire vint orner son visage. Il fut bref mais c’était déjà cela.


« Je m’appelle Aito Kanawa, je ne suis pas un espion déguisé en civil et même si c’était le cas je ne vous ferai rien puisque je promène mon chien si vous voulez tout savoir. »

Elle resta silencieuse le temps de ses paroles mais comme si elle détestait le silence, elle se sentit obligée de recommencer à parler pour combler les vides. Alors dans un mouvement brusque, Aki posa son doigt sur sa bouche et lui fit un sourire. Il espérait qu’elle ne le prendrait pas mal et qu’elle fermerait un peu plus son clapet. En sentant ses lippes sur son doigt, le jeune japonais ne put s’empêcher de penser à Emiko. Ses lèvres chaudes et pulpeuses lui faisaient pensées à celles de la NoRight. En les regardant, il désirait les embrasser pour vérifier si quand ce n’était pas la jeune femme il éprouvait le même sentiment de bien être. Il se retint et dégagea son doigt avant, avec son autre main, de rapporter la cigarette à sa bouche. Le chien leva sa tête vers son maître, avant de lever tout son corps et de s’appuyer sur les cuisses de l’humain comme plus tôt dans la matinée. Il le regarda la langue pendue. Kuro tint son menton et lui lança un :

« Oui t’es beau Suka ! »

Aussitôt, Ritsuka partit en courant de plus belle, tournoyant sur lui-même en essayant d’attraper sa queue. Ce qui ne laissa pas indifférent Kusano qui eut un petit rictus. Sur son visage on pouvait lire de la joie, un bonheur presque parfait quand il regardait l’animal. Un sentiment que son interlocutrice n’avait sûrement pas décelé chez lui lors de leur dernière rencontre. Mais comme elle enquêtait ce n’était sûrement pas plus mal qu’elle découvre des nouvelles faces de l’homme. Il était mystérieux, ce qui ne devait pas l’aider.
Regardant l’horizon, il constata avec réflexion que ce soir, le ciel offrirait un magnifique couché de soleil. Puisque que la jeune femme n’avait pas rétorqué depuis qu’il lui avait fait signe de ne plus parler, il lui parla.


« Ce soir, il devrait y avoir un beau coucher de soleil. »

Il se tourna vers elle et lui fit un léger sourire puis il écrasa sa cigarette par terre. Il posa ses coudes sur ses cuisses et regarda son chien en attendant une réponse quelconque de la jeune femme qui avait un nom trop compliqué à retenir, surtout si on ne l’avait pas écouté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seika-aito.skyrock.com/
Emiko Hiroshi
NoRights
avatar

Féminin Nombre de messages : 44
Age : 31
Groupe : NORIGHTS.
Nom de Code : Lee.
Orientation sexuelle : Hétéro.
Date d'inscription : 19/08/2008

ANYME
ANYSPECIALITY: ...
ANYFEELING:
ANYTOPIC: OPEN

MessageSujet: Re: Who are you, my Dear?! | Pv Kuroo 8D.   Jeu 30 Oct - 16:05

Le jeune homme était resté silencieux pendant que Choi parlait. D’ailleurs, les minutes avaient dû lui paraître bien longues.. Mais il ne se préoccupait pas de la jolie brune. Il ne l’écoutait pas, bien qu’il saisissait le sens de quelques phrases pêchée à travers les divers sujets et émotions de la demoiselle. Celle-ci était assez fière d’elle, c’était l’effet qu’elle voulait donner. De temps à autre, elle observait le chien de son interlocuteur, auquel son maître affectait une attention toute particulière. C’était à croire qu’il préférait les animaux aux humains. Bah, au moins, Emiko savait qu’il avait un jeune labrador qu’il sortait régulièrement dans le parc.
Lorsqu’elle annonça son (faux) nom, le brun daigna enfin lui répondre. Il s’appelle donc Aito Kanawa. Enfin, non. Mais c’était ce qu’il disait. En tant qu’Anyband, il ne faisait aucun doute qu’il cachait sa véritable identité. Dommage pour Hiroshi, elle ne possédait toujours qu’un seul de ses multiples rôles. Le supposé Aito avait répondu sur un ton las, et c’était facile de voir que les paroles et les bavardages incessants de la jeune femme le fatiguaient. C’était compréhensible. N’importe qui en aurait eut marre de se trouver à côté de Kyung-Oh.
À peine l’homme eut-il formulé une brève réponse, que l’intéressée se remit à parler. À se parler à elle-même, plutôt, car Aito ne l’écoutait pas plus qu’avant. Elle doutait fort qu’il ait retenu son faux nom, et ce n’était pas plus mal.
De nouvelles minutes s’écoulèrent. Les sujets de conversation défilaient dans la bouche de la pseudo-coréenne, qui n’était jamais à cour d’idées. C’était à croire qu’elle détestait le silence. Elle enchaînait ses phrases, parfois incohérentes. Mais de toute façon, pourquoi s’embêter à donner du sens, lorsqu’on a un interlocuteur qui reste indifférent à nos dires ? Cependant, le beau brun en eut vite marre. D’un geste brusque, il apposa un index aux lèvres de la jeune asiatique. Celle-ci ouvrit des yeux ronds, surprise, et ferma enfin son immense clapet.
Cet acte, avec ou sans préméditation, avait troublé Emiko – bien que ceci restait invisible, puisque Choi était troublée aussi. Ce doigt sur ses lippes, ce sourire ténébreux.. Des bouts de scènes apparurent dans l’esprit de la belle nippone. Cette scène qu’elle avait vécu avec ‘Aito’, dans sa propre chambre, quelques jours auparavant. Mais Hiroshi se ressaisit. Elle n’allait pas faillir maintenant.
Kyung-Oh battit plusieurs fois des paupières, les yeux toujours grands ouverts. Elle n’osait pas enlever la main de Kanawa. Mais quelques secondes après, il l’enleva de lui-même. Vexée, les sourcils légèrement relevés et avec un air déçu, Choi baissa la tête, ramena ses bras devant elle, son sac posé sur les genoux, et regarda fixement ses chaussures à talon. Ô, miracle, sa bouche semblait être cousue d’un fil particulièrement résistant. Plus un mot ne franchit ses lèvres pendant un temps record.
Durant ledit laps de temps, le chien d’Aito était revenu vers son maître, essoufflé. Il avait posé ses pattes sur les genoux de son maître, le regardant bien en face. L’homme brisa le silence, s’adressant au jeune labrador.
    « Oui t’es beau Suka ! », s’exclama t-il.
Choi ne bougea pas. On aurait dit une enfant qui venait d’être punie suite à une bêtise, et qui boudait dans son coin. Elle ne levait même pas les yeux, de peur que le petit stratagème de son ex-interlocuteur ne recommence. Mais elle écoutait attentivement Aito, cachée derrière le rideau que formait sa frange, devant son visage. Il riait, parlait à son chien. Il devait beaucoup l’aimer, pour être si affectueux et si gentil avec. Emiko ne connaissait pas le nippon comme ça. Kanawa regarda l’horizon, avant de s’adresser à la jeune femme.

    « Ce soir, il devrait y avoir un beau coucher de soleil. »
C’était comme si sa punition était levée. Comme si le fil s’était décousu. Kyung-Oh recommença a parler, mais plus modérément. Elle répondit simplement un petit « Oui » timide, avant d’oser relever la tête pour regarder son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Who are you, my Dear?! | Pv Kuroo 8D.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Who are you, my Dear?! | Pv Kuroo 8D.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dear Journal ~
» Dear Diary ~ Elanore Loyld
» [ANIME] Dear Boys : Présentation
» Libre ? Oh dear, we're in trouble. | abandonné
» ? oh dear, we are in trouble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T A L K . P L A Y . L O V E :: -[P L A Y]- :: ● PARK-
Sauter vers: